Première descente à skis de la plus longue piste du monde

Publié le par Eigerman

              
Avec un acharnement sans limite, après deux tentatives et malgré les dangers mortels de leur entreprise, deux skieurs autrichiens originaires de Kitzbühel, Axel Naglich et Peter Ressmann, ont conquis le Mont Saint Elias en Alaska – avec une altitude de 5489 mètres, le plus haut sommet situé à proximité d’un océan.
 
 Comparés au Mont Saint Elias, même les plus hauts sommets du monde pourraient perdre de leur grandeur. Culminant à « seulement » 5489 mètres, son immense relief vertical descend jusqu’au niveau de la mer, alors que le Mont Everest, avec une altitude de 8848 mètres, ne s’élève qu’à 3500 mètres au-dessus des plateaux tibétains. L’Autrichien Axel Naglich, architecte et passionné de ski extrême, avait déjà été le premier à entreprendre la descente, il y a quatre ans, de nouveaux couloirs sur le mont Elbrus dans le Caucase – le plus haut sommet européen - puis du Mont Cook en Nouvelle-Zélande, un an plus tard. Et depuis longtemps, Naglich, 39 ans, avait bien sûr porté son attention sur le géant du Pacifique, le Mont Saint Elias.
 
 Lors de leur deuxième tentative et en deux sections, Axel Naglich et son partenaire Peter Ressmann ont triomphé de la voie la plus escarpée du monde – une descente de 5389 mètres de dénivelée du sommet à la mer sur une pente abrupte et glacée, inclinée à parfois 60 degrés et semée de crevasses. Un exploit, sans compter les risques d’avalanches et de chute de rochers.
 
 L’expédition, qui a duré en tout seize jours – dont treize pour l’ascension – restera, pour les deux alpinistes chevronnés, une expérience sans égal : « C’est une pression énorme et un stress constant, car les dangers mortels sont partout. » De nos jours, le Mont Elias est très peu escaladé en raison des terribles conditions météorologiques qui y règnent. Il y a quelques années, l’expédition d’un groupe d’Américains, décidés à réaliser la première descente à ski, s’est terminée tragiquement. Les deux participants n’ont pas survécu et leurs corps sont, aujourd’hui encore, prisonniers de la glace dans les environs du sommet.
 
 





                 Naglich et Ressman sont la treizième expédition au sommet et les premiers à atteindre la cime du monstre - comme le décrit Naglich - depuis cinq ans. Gerald Salmina, un cameraman renommé dans le monde du sport extrême, était également sur place pour filmer l’équipée ; un documentaire doit être réalisé dans le courant de l’année.
 
Déclarations :
 
« Un soir, j’ai oublié de rentrer mes gants à l’intérieur de la tente. Il m’a fallu plus d’une heure pour les remettre en état. Je n’aurais pas pu redescendre si je ne les avais pas récupérés. » (Axel Naglich)
 
« A certains moments, je pouvais sentir les pas d’Alex alors qu’il était à 50 mètres devant moi, tellement la neige était instable et mouvante au sommet. » (Peter Ressmann)
 
« C’est peut-être un record mais nous n’avons pas fait la descente du sommet pour être dans le Guiness des Records... » (Axel Naglich)
 
« On se sent tellement différent, et on apprécie pleinement d’être en vie quand on a été à deux doigts de tout perdre » (Axel Naglich)

 

Publié dans News

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article